Actus, Engagement sociétal

Le groupe Apicil publie les résultats de son observatoire sur les arrêts de travail

15 juillet 2022

Dans un contexte de crise sanitaire, l’absentéisme en entreprise s’est aggravé ces deux dernières années. Elle concerne toutes les entreprises quel que soit leur taille ou le secteur d’activité. Afin d’analyser cet absentéisme le groupe Apicil publie son 1er Observatoire des arrêts de travail. Mené auprès de 53 000 entreprises, soit près de 1 million de salariés sur la période 2020-2021, les résultats rendent compte de réalités disparates en fonction des secteurs d’activités, du type de population, de la qualification ou encore de la catégorie socio-professionnelle des personnes interrogées.

Un taux global d’absentéisme en baisse
Les années 2020 et 2021 ont été marquées, en France et dans le monde, par une crise sanitaire majeure. Celle-ci a eu un impact direct sur l’activité des entreprises et la santé des salariés ont été touchés par la crise sanitaire et a engendré un taux de 6,55% , le recours à l’arrêt de travail lors du 1er confinement, utilisé par le législateur comme un outil pour limiter la propagation de l’épidémie de Covid-19. En effet, les arrêts de travail ont été octroyés pour les cas-contact et dans les cas de garde d’enfants à domicile. Depuis le taux est passé à 4,97%, soit une diminution de près de 24 % par rapport à l’année précédente. Les collaborateurs se sont moins déclarés en arrêt de travail en 2021, avec une baisse de 15%. Si les arrêts de travail sont en baisse leur durée en revanche s’allonge avec une durée moyenne de 22,04 jours en 2021 contre 21,29 jours en 2020.

Les maladies professionnelles : motif des arrêts de travail les plus longs
En 2021, les motifs liés aux maladies professionnelles sont les plus longs. Ils sont de 163 jours (contre 139 jours en 2020) soit en hausse de 17%. Plus précisément les maladies concernées par ses arrêts sont le temps partiel thérapeutique. Il s’agit de l’aménagement temporaire de la durée du travail permettant de reprendre progressivement une activité professionnelle ( plus forte évolution de 11,23% par rapport à 2020).

Une reprise des accidents de travail mais des accidents de trajet en baisse
La fréquence des accidents de trajet en baisse ainsi que la durée des arrêts qui en découle s’explique probablement par le déploiement massif du télétravail entraînant une diminution des trajets domicile / travail et par l’instauration de nouvelles organisations du travail dans certains métiers (travail hybride, mise à disposition d’espaces de co-working…).

Les profils les plus touchés par l’absentéisme sont les femmes, les salariés à faible qualification et ceux ayant le plus d’ancienneté.
En 2021, les personnes les plus à risques face à l’absentéisme, tant en volume qu’en durée des arrêts, sont :
# Les collaborateurs ayant plus de 10 ans d’ancienneté : une durée moyenne de 30,54 jours et un taux d’absentéisme de 7,43 %,
# Les salariés à faible qualification : une durée moyenne de 24 jours et un taux d’absentéisme de 7,35%,
# Les femmes : une durée moyenne de 22,64 jours et un taux d’absentéisme de 5,29%.

* Actualité publiée sur le site internet du groupe Apicil

PARTAGER :