Face à l’action conjuguée de différents facteurs de transformations réglementaires, technologiques et sociétaux, les métiers de la comptabilité évoluent vers des missions différentes. Plus ouverts sur l’ensemble des métiers de l’entreprise, en prise directe avec la direction générale afin d’apporter des éléments tangibles d’aide à la décision, les comptables sont les acteurs de la performance des organisations.

Analyse et stratégie
Alors que les entreprises sont confrontées à des enjeux de compétitivité et de concurrence toujours plus forts, les directions générales ont besoin d’adosser leurs stratégies sur des indicateurs comptables favorisant l’anticipation.
Les métiers de la comptabilité verront dans les années à venir, se renforcer la place des outils de projection comptable en plus des outils de reporting. Passer du constat de l’existant à la formalisation de l’avenir constitue la transformation la plus forte pour la chaîne de valeur comptable.
Elle devra faire émerger d’un grand nombre d’indicateurs historiques établis, une intelligence business sans cesse renouvelée. L’analyse de signaux faibles et la capacité à s’inscrire dans une dimension prédictive font du comptable de demain, le contributeur clé de l’excellence opérationnelle de l’entreprise. Cela implique une montée en compétences et le passage à une posture de conseil plus riche et plus engageante.

Au plus près des directions
Jouer un rôle plus stratégique induit un rapprochement naturel des différentes directions métier, par nature non-expertes par rapport aux notions comptables.
Le comptable de demain devra intervenir pour nourrir les réflexions, mais aussi confirmer des choix par rapport à des actifs de données à sa disposition. Il pourra être amené à accompagner les directions dans la bonne utilisation des moyens techniques, à contribuer à définir les meilleurs investissements et à jouer un rôle d’alerte auprès des différentes directions.
Agissant à la fois comme l’artisan des stratégies financières et comme le garant de leur application, le comptable pourrait intervenir dans des domaines aussi variés que la communication financière, l’animation des réseaux (bancaires, comptables, financiers) ou encore comme principal acteur du déploiement de la culture comptable de manière transversale au sein des métiers. L’objectif ? Se positionner en véritable business partner, contribuant à l’analyse, à la compréhension, et à l’anticipation des conditions comptables et financières propices à l’action des métiers sur le terrain.

Des compétences IT natives
L’émergence de nouvelles compétences autour de la data : collecte, organisation, qualification, visualisation, sécurisation, partage… sera au cœur des enjeux de transformation des métiers de la comptabilité pour les années à venir. Une transformation qui implique par ailleurs, le développement d’une capacité à intervenir auprès de la maîtrise d’ouvrage (MOA), en vue de partager la connaissance et la compréhension technique des besoins et contribuer ainsi de manière plus active au développement comme au paramétrage des outils informatiques désormais centraux dans l’activité des comptables. L’enjeu, une fois encore est d’ordre communicationnel. La capacité à décrire un besoin, une exigence en termes profanes à des équipes IT afin qu’elles puissent s’en saisir et les transformer en spécificités techniques pour y apporter une réponse informatique, suppose une haute expertise de la comptabilité (et de ses enjeux) couplée à une bonne compréhension de l’informatique.

Soft skills : entre aptitudes et attitudes
Au centre de l’évolution des métiers de la comptabilité, on trouve les soft skills. Le comptable de demain devra faire preuve de polyvalence et d’adaptabilité, mais aussi de proactivité. Il doit être en mesure d’aller au-devant des évolutions techniques, financières, réglementaires ou stratégiques, en s’impliquant activement. Une proactivité qui s’adosse sur une faculté d’écoute, d’analyse et de compréhension qui est cultivée par le contact et le rapport à autrui. Parce que le comptable sera amené à s’ouvrir encore plus largement à l’ensemble des métiers au sein de l’organisation, il devra faire preuve de curiosité (pour comprendre les enjeux spécifiques de chacun de ses interlocuteurs), mais aussi se montrer abordable pour répondre à des questions ou attentes de profanes).
Savoir faire preuve d’esprit d’analyse et de synthèse, être doté d’une vraie capacité à prendre du recul et de la hauteur et la capacité de communiquer sont autant de compétences incontournables. Il s’agit de s’inscrire dans des schémas transverses, pluridisciplinaires afin d’agréger les connaissances et de mieux cerner les enjeux métier de chaque service ou entité, en interne, comme en externe.

* Cet article est issu de l’étude menée par l’Observatoire des métiers et des qualifications : Métiers de la comptabilité, l’art de sublimer les chiffres

PARTAGER :