A l’instar de la société française, les métiers de la comptabilité sont confrontés à un large faisceau de facteurs transformationnels. Endogènes ou exogènes, ces mutations font considérablement évoluer les missions, les champs de compétence et la nature même des relations que les métiers de la comptabilité entretiennent avec les différents services au sein de l’entreprise. Retour sur des facteurs de transformation tous azimuts.

Une transformation moléculaire : de la tradition à l’automatisation
Portée par une volonté politique forte autant que par la nécessité de maîtriser les coûts liés à la facturation, la dématérialisation a un impact profond sur les métiers de la comptabilité qui ont dû adopter de nouveaux réflexes comme la signature électronique des contrats, ou encore l’appropriation de portails omni-paiements. Cette évolution sera un nouveau challenge pour les métiers de la comptabilité qui devront accompagner les clients internes autant qu’externes et devenir prescripteurs de la dématérialisation.
La digitalisation des activités comptables soulève la question de l’appropriation de nouvelles compétences et de nouvelles sensibilités. L’omniprésence de la donnée, autant que la place toujours plus importante qu’occupent les algorithmes ou l’intelligence artificielle induisent des transformations majeures dans les pratiques des métiers comptables.

Transformation réglementaire : le cadre et les recettes se renouvellent constamment
Les métiers de la comptabilité se caractérisent par une adaptabilité native. La cause ? Un contexte réglementaire et fiscal en constante évolution qui nécessite à la fois veille technique, curiosité intellectuelle et compréhension des normes.
Ces mutations interviennent à intervalles réguliers et dépassent l’enjeu de technicité des missions.
Elles amènent des transformations profondes sur le plan des responsabilités et de l’engagement des équipes comptables au quotidien.

Transformation organisationnelle : la fin du mille-feuille hiérarchique ?
En quête de sens autant que de reconnaissance, les métiers de la comptabilité, sont historiquement une chaîne de compétences interdépendantes.
La multiplicité des normes, des réglementations, des impératifs comptables et financiers, induisent un fort sentiment de solidarité. Cette réalité a permis l’adoption rapide et facile du travail collaboratif et, à la faveur de la crise sanitaire, l’appropriation de nouveaux réflexes liés au télétravail.
Le grand enjeu transformationnel des métiers de la comptabilité, c’est plutôt son ouverture à la transversalité. Autrefois plus replié sur lui-même, le service comptable est amené à développer des synergies avec les métiers des risques, les directions achats, le contrôle de gestion…
Si la volumétrie de tâches comptables évolue de manière marginale, la réactivité, la flexibilité et l’agilité sont au cœur des transformations.
Elles encouragent l’émergence de nouvelles compétences et de nouveaux talents souvent plus qualifiés et revendiquant une double-compétence : expertises finance et un profil ingénieur/informaticien.

# Retrouvez l’intégralité de l’étude

PARTAGER :