Actus, Innovation RH

L’intelligence collective au service du travail de demain

12 août 2021

Après la généralisation du télétravail, un groupe Recherche Action a été mis en place par la direction des ressources humaines de l’Agirc-Arrco pour mener une vaste réflexion collective sur l’avenir de l’organisation du travail au sein de la fédération.
Des premières pistes sont testées depuis juin.

Comment travaillera-t-on demain ?
La crise sanitaire, avec ses épisodes de confinement et d’activité à distance, a bouleversé en profondeur le monde du travail. Si la fédération Agirc-Arrco a pu répondre présent auprès des assurés et poursuivre ses projets, elle a comme toutes les autres structures dû faire face aux transformations liées à cette situation inédite, en particulier sur l’organisation du travail et l’accompagnement managérial que cela a demandé, et même bousculé. La fédération a rapidement fait le constat que ces mutations allaient s’inscrire dans la durée et qu’une réflexion était indispensable pour imaginer le travail de demain. Ainsi est né en octobre 2020 le groupe Recherche-Action, qui associe des collaborateurs, managers et directeurs, en partenariat avec la Caisse nationale d’assurance vieillesse, et avec l’aide d’universitaires. L’objectif ? Interroger de nouveaux modèles d’organisation hybride et tester des idées innovantes.

Une réflexion cadrée par trois spécialistes/chercheurs
« C’est un véritable exercice d’intelligence collective. Et nous avons dû refuser des volontaires dans les groupes de travail car ce sujet intéresse de nombreux collaborateurs », résume Benoit Eymery, responsable des outils de la branche retraite complémentaire et prévoyance.
Le groupe Recherche-Action a fait appel à trois chercheurs spécialisés dans les expérimentations collectives de transformation du travail pour définir la méthodologie : Cédric Dalmasso (Mines Paris Tech), Viviane Folcher (Paris 8), et Stéphane Balas (Cnam). Leur idée ? Que les membres du groupe parlent d’abord du cadre de travail idéal et rêvé afin d’arriver vers une notion de « mode de travail soutenable » en adéquation avec les objectifs de l’Agirc-Arrco.

Des idées testées depuis juin
Le processus a débuté par un retour d’expérience en vue de recueillir les initiatives mises en place durant le confinement. Des entretiens avec des directeurs ont ensuite été organisés. À l’issue de ces premiers travaux, quatre thématiques se sont détachées : la posture et le rôle du manager dans une structuration hybride, la confiance et la délégation, le soutien des dynamiques collectives, la performance collective et individuelle. « Cette étape a permis de faire remonter beaucoup d’idées, d’apprentissages, de recueillir les difficultés et points forts du management à distance et d’en récupérer des clés pour engager des réflexions plus profondes sur l’évolution de nos organisations, mais aussi de fixer un nouveau cadre de travail collectif. Avec ces éléments, nous avons commencé en juin 2021 l’expérimentation de certaines idées sur le terrain », indique Benoit Eymery. L’enjeu de demain est l’appropriation. Comment seront vécues ces expérimentations sur le terrain ? De quelle manière celles qui fonctionnent seront transférées, voire intégrées dans l’organisation ? « Le défi est de taille mais la volonté est là », conclut Benoit Eymery.

* Article paru dans Les Cahiers de la Retraite Complémentaire n° 41

  • 35 collaborateurs de l’Agirc-Arrco et 35 de la Cnav ont participé aux ateliers du groupe Recherche Action.
  • 10 directeurs (5 de l’Agirc-Arrco et 5 de la Cnav) associés au groupe Recherche Action.
PARTAGER :